Sahel de Bouzeguène élu village le plus propre de la wilaya de Tizi-Ouzou

Sahel, village situé dans la région de Bouzeguène a été élu hier comme le village le plus propre de la wilaya de Tizi-Ouzou par le jury du concours Rabah Aïssat de la l’APW. Le champion vient donc de se voir  doté d’une enveloppe financière de neuf cent (900) millions de centimes.

Ensuite arrive le nom du deuxième. Icherkiyen situé dans la daïra de Maatkas est donc le deuxième village. A l’annonce du jury, la salle a encore vibré au son des acclamations et des youyous. La cagnotte remise à ce beau village est de sept cent millions de centimes. A la troisième position, c’est le village Izerouden, une autre belle localité de Maatkas qui a été gratifié de six cent millions de centimes. Aberran et Takharadjith dans la région d’Aït Bouadou pointent respectivement à la quatrième et la cinquième place avec cinq et quatre millions de centimes.

A la sixième et septième place, le jury a choisi le village Ath Amar et Aït Aïssi Ouyahia dans la daïra d’Ililten. Ces deux belles localités ont été gratifiées de trois cent millions de centimes chacune. Tifraout dans la commune d’Aït Yahia et Bouyaghzar à Frikat dans la région de Draa El Mizan arriveront à la huitième et neuvième places. Les deux villages remporteront une cagnotte de deux cent millions de centime chacun.  Le village Azra situé dans la commune de Tigzirt arrive lui à la dixième place en remportant cent millions de centimes.

Par La rédaction de Tiwizi info

Six entreprises privées pour débarrasser Tizi-Ouzou des poubelles

Six entreprises de récupération des déchets verront le jour très prochainement dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Deux d’entre elles ont déjà relativement entamé le travail. L’annonce a été faite lors de la réunion qui a regroupé le wali et les opérateurs économiques. Cette rencontre initiée par Abdelkrim Chatter qui se voulait une simple prise de contact a été bénéfique à maints égards.

D’abord, elle aura permis de faire avancer le cours des choses et de bousculer le rythme somnolent des démarches administratives accablantes. Mais, le plus important, du point de vue environnemental, est l’annonce de la création de six entreprises privées de récupérations des déchets divers. Celles-ci sont, à croire les investisseurs initiateurs, en mesure de soulager la wilaya de Tizi Ouzou d’un grand problème qui mène la vie dure aux populations. Les entreprises en question vont débarrasser les communes et les routes du poids des décharges sauvages qui s’entassent depuis des années. D’une part, l’émergence des entreprises privées de récupération et de traitement des déchets divers permettra de mettre un terme aux récurrents conflits qui couvent autour des CET. Ces derniers s’occuperont de la collecte des rejets de diverses natures évitant aux communes le recours systématique aux centres d’enfouissement technique.

Les routes et les villages sont envahis par les bouteilles en verre, les cannettes et divers sachets en plastique. Les villageois ne peuvent plus faire face à ce bombardement incessant de l’industrie des emballages. Ces entreprises peuvent enfin faire face et rendre la propreté ancestrale à la Kabylie.

Par La rédaction de Tiwizi info

Azemmour Oumeriem est le village le plus propre de Tizi-Ouzou

Azemmour Oumeriem est le village le plus propre de Tizi-Ouzou
Azemmour Oumeriem, est désormais le village le plus propre de la wilaya de Tizi-Ouzou. Le prix Rabah Aïssat du village le plus propre organisé chaque année par l’APW lui a été décerné hier dimanche, 14 octobre lors d’une grandiose cérémonie au niveau du théâtre régional Kateb Yacine. Ce beau village situé dans la commune de Tirmitine dans la daïra de Draa Ben Khedda, à l’Ouest du chef-lieu de la wilaya, est récompensé pour les efforts gigantesques des villageois, des autorités locales qui ont complètement transformé Azemmour Oumeriem. La cérémonie a eu lieu en présence du wali Abdelhakim Chatter, du président de l’APW Youcef Aouchiche, des présidents d’APC. Parmi l’assistance, il y avait aussi la remarquable présence du président de la JSK Cherif Mellal.
La remise des prix a commencé vers 11h dans un ordre descendant. Dix villages en tout ont été récompensés pour leurs efforts avec des diplômes d’honneur et des enveloppes financières destinées à l’amélioration du cadre de vie des villageois. En dixième position donc, arrive Tamkalvouth, un petit mais très joli bourg dans la commune d’Ait Bouadou. Une enveloppe de deux millions de dinars a donc été remise aux représentants du village. A la 9ème place, c’est  Aissa  Ouyahia dans la commune d’Illilten alors que le village bouyaghzar de la commune de Frikat est classé à la huitième position suivi directement par Ichliven  d’Abi Youcef. La sixième plac e au classement est revenue au village Aït Ameur d’Aït Bouadou et Tissegouine, un beau village de la commune de Boudjima arrive à la cinquième position. En quatrième position, arrive le village  Megdoul de la commune Tirmitine, en troisième le village Chvava de Bounouh et en deuxième position, le village Aït Saïd de Bouzegène. Au sujet des récompenses financière notons que celles-ci varient entre deux millions de dinars, quatre millions, 5 millions, 7 millions et 10 millions de dinars pour le village le plus propre.
Par ailleurs, il est à signaler que la cérémonie organisée pour la remise des prix a été l’occasion de révéler que le concours Rabah Aïssat prend désormais une dimension nationale. La nouvelle a été annoncée par l’APW de Béjaia hier. Cette wilaya organisera donc à partir de l’année prochaine le concours qui portera le même nom pour récompenser le village le plus propre de Bougie. C’est la même nouvelle qui est parvenue de la capitale des Hauts Plateaux Sétif. Le projet d’organisation du concours du village le plus propre de cette wilaya est désormais lancé.
Coté animation, la cérémonie n’a pas été pauvre. Bien au contraire, les présents ont eu le plaisir d’admirer les chansons de la chorale du village Ihitoussen. Cette bourgade est connue pour sa fête de la forge qui se tient chaque année. Cependant, le plus grand spectacle a été la comédie musicale composée par l’artiste Zayen. Le sujet était à l’évidence l’environnement présenté avec brio sous forme de comédie par des voix féminines et masculines de chanteuses et de chanteurs kabyles sous la direction de Zayen.
Enfin, la cérémonie de remise du prix du village le plus propre a été aussi mis à profit par les élus de la majorité à l’APW de Tizi-Ouzou pour réclamer toute la vérité sur l’assassinat du défunt Rabah Aïssat, l’ancien président de cette même assemblée assassiné dans son village dans les années quatre-vingt dix. Dans sa prise de parole, le Président de l’APW, Youcef Aouchiche a en effet déploré que l’enquête sur ce lâche assassinat n’ait rien révélé jusqu’ à présent.
A la fin de la cérémonie, le wali de Tizi-Ouzou a exprimé son admiration pour cette initiative tout en s’engageant à accompagner ce concours et d’autres actions visant à lutter contre la dégradation de l’environnement. Le Président de l’APW Youcef Aouchiche pour sa part, a fait remarquer que ce concours prend une dimension nationale après avoir touché toutes les communes de la wilaya de Tizi-Ouzou, de Zouvga, à Bouessaoud, de Timizart au Nord à Tiferdhoud sur les hauteurs du Djurdjura et cette année, le prix est revenu à un beau village du Sud-ouest. Félicitations aux villageois d’Azemmour Oumeriem.

Par La rédaction de Tiwizi info

A quoi servent les fêtes du produit du terroir et de l’artisanat à Tizi-Ouzou ?

Il y a eu les fêtes de la poterie de Maatkas et d’Aït Khir, la fête du bijou d’Aït Yenni, la fête du tapis d’Aït Hichem, la fête du burnous, de la figue de barbarie à Bouzeguène et beaucoup sont attendus encore. Le produit du terroir et les métiers artisanaux sont vraiment à l’honneur à Tizi-Ouzou. Mais à quoi servent ces fêtes si les métiers et les produits en question n’ont aucun impact sur l’économie locale ?
La question se pose et nécessite même un large débat. Des réponses doivent être apportées à cette lancinante question étant donné qu’au volet financier, l’Etat n’a pa jamais lésiné sur les moyens pour la mise en valeur de ces richesses. L’organisation de la majorité de ces manifestations a toujours été financée par des subventions des ministères concernés et des assemblées élus. Les organisateurs ont toujours été accompagnés par des financements via des associations auxquelles les directions concernées sont toujours appelées à mettre les moyens techniques nécessaires comme les chapiteaux pour les exposants.
Mais en fait, ces fêtes et ces financements, après plusieurs décennies, ne semblent pas donner les résultats escomptés. Aucun impact sur les producteurs et les produits, aucun impact sur les artisans et à l’évidence aucun impact sur l’économie locale. Les produits du terroir moisissent encore sur les routes en vente anarchique et parallèle, les artisans ferment et changent de métier les uns après les autres alors qu’aucune industrie ni de transformation ne de production agroalimentaire ne sont nées à Tizi-Ouzou. Ni les produits du terroir ni les produits de l’artisanat n’ont pu s’interconnecter au secteur du tourisme.
Ce constat amer appelle donc des questions et d’impérieuses réponses pour faire naître une véritable industrie touristique vraiment professionnelle. Une professionnalisation qui tarde à arriver laissant les artisans et producteurs voire même ces belles fêtes du terroir proie à tous les chasseurs de subventions. Ces derniers après avoir fait main basse sur les subventions ne se préoccupent jamais des exposants qui payent les stands à des dizaines de milliers de dinars par jour. Une organisation assurée par des professionnels aurait pensé faire bénéficier les exposants d’un potentiel acheteur énorme représenté par les millions d’estivants qui affluent vers les villes littorales de Tigzirt et Azeffoun.

Par La rédaction de Tiwizi info

Les femmes du village Ahrik construisent un dispensaire

Les femmes du village Ahrik situé dans la daïra de Bouzeguène viennent de terminer les travaux de construction d’un centre de soins. Un défi qu’elles viennent de relever prouvant au passage de quoi est capable la femme kabyle. En fait, ces femmes réunies dans l’association « Tilawin » ont décidé de doter leur village de cette infrastructure qui en a bien besoin.

L’infrastructure, d’une très belle architecture et qui a coûté deux milliards de centimes a été inaugurée samedi dans une cérémonie grandiose qui a réuni tous les villageois et beaucoup de citoyens de la région de Bouzeguène.

La réussite dans ce projet ouvrira la voix à d’autres réalisations allant dans le sens du bien de la communauté mais pas seulement. La réalisation de ce projet grandiose mettra à mal les arguments de ceux qui continuent de considérer la femme comme un être mineur à vie.

Par La rédaction de Tiwizi info

80% de la superficie de Tizi-Ouzou est boisée

Attention aux feux de forêts cet été

Le relief de la wilaya de Tizi-Ouzou à 80% boisé, ses 1400 villages haut-perchés et l’abandon du désherbage font d’elle un territoire  à haut risque d’incendie. C’est une région, la Kabylie en général, spécifique en matière de lutte contre ce phénomène qui a besoin d’un traitement spécial en la matière. C’est ce qui se dégagent de notre discussion avec le colonel Brahim Mohamadi, responsable des services de la protection.

En fait, notre interlocuteur insistait surtout sur la prévention. Les moyens matériels et humains existent mais ils ne peuvent être utilisés au maximum que s’ils sont précédés par la prévention et la sensibilisation. A ce chapitre justement, il convient de mentionner que l’année est spéciale par les grandes quantités d’herbe favorisé par les pluies du mois de mai. Toutes les routes sont entourées d’herbe sèche. Les villages sont quasiment envahis. Ce danger guette aussi l’agriculture car les champs n’ont pas tous té désherbés. Le colonel Mohamadi a également évoqué comme élément déclencheur d’incident, les décharges sauvages trop nombreuses sur nos routes, dans nos champs voire à proximité des villages. C’est deux facteur rendent notre région hautement inflammable.

C’est pourquoi, la lutte contre les feux de forêt passe d’abord par la prévention et la sensibilisation. Les moyens, ajoute notre interlocuteur, ont été renforcés cette année par une deuxième colonne mobile. Neuf postes vigiles avancés ont été mis sur place avec les services des forêts ainsi que six autres unités opérationnels en voie d’achèvement à Boghni, Ouaguenoun, Mekla, et Bouzeguène. Celle de Makouda a été réceptionnée en attendant les travaux d’aménagement de l’accès.

Aussi, parallèlement à ces moyens matériels et humains, le travail de concertation avec les autres intervenants au sein des COP (Comité Opérationnel Permanent) doit s’appuyer sur la participation active des populations. D’où l’importance de la prévention et de la sensibilisation. Des opérations qui ont commencée le 10 mai à travers les villages.


Par La rédaction de Tiwizi info

Sensibilisation au village Taksebt à Iflissen

L’association du village Taksebt dans la commune d’Iflissen en Kabylie maritime initie sa première caravane médicale au profit de la population locale. Sa première sortie sur le terrain débute ce samedi 12 mai 2018 au village Taksebt. Un riche programme de sensibilisation est concocté et présenté dans l’enceinte de l’école primaire du village. Des médecins dans diverses spécialités ont participé à cette manifestation, première de son genre, Dans cette contrée rurale. Toutes les spécialités sont représentées grâce à la collaboration active de L’EPH de Tigzirt qui n’a ménagé aucun effort pour la réussite de cet événement. En marge de cette manifestation, une collecte de sang est organisée sur place.

Outre ces activités, une conférence est animée par DR Reniffi sur l’intérêt du dépistage du col de l’utérus. Sur place, des expositions sur les effets nocifs du tabac, les gestes du premier secours et le régime des diabétiques sont présentées au grand bénéfice de la population.  »Nous souhaitons sincèrement que ce genre d’initiative se généralise aux reste des villages de la vaste commune des Iflissen Lebhar qui compte 38 villages et hameaux » déclare le président de l’APC, Akli Tizguine.

Par La rédaction de Tiwizi info

Volontariat de nettoyage des quartiers à Mirabeau samedi matin

Tiwizi demain à Draa Ben Khedda  

La ville de Draa Ben Khedda, 10 kms, à l’Ouest du chef-lieu de Tizi-Ouzou organise demain samedi un grand volontariat de  nettoyage. L’appel est lancé par l’APC  pour une grande Tiwizi qui concernera tous les quartiers de Mirabeau, ville créée en 1988.  Demain matin, toute la population est donc invitée à nettoyer dans les quartiers avec les moyens de la voirie de la mairie mis à leur disposition. C’est en quelque sorte, une manière de rendre à cette belle petite ville son vrai visage car Mirabeau a toujours été une belle contrée.

A rappeler que la population locale a toujours adhéré à ce genre d’action. Cette fois, l’assemblée populaire communale dirigée par Mustapha Bouarour, le nouveau maire, compte ressusciter une vieille tradition kabyle, Tiwizi. Bon courage !

Par La rédaction de Tiwizi info

Amagueur N Tafsouth existe encore à Tarihant C’était la fête à Azaghar

Tissira m savaa

Le monde fête la journée mondiale de l’arbre en ce 21 mars, les villageois de Tarihant, eux étaient en communion avec la nature. Dans ce village au grand patrimoine millénaire, c’est une tradition que les habitants pratiquent encore. Le rituel berbère ancien appelé Amagueur N tafsouth vit toujours à Tarihant.
Une pérennité que les jeunes de l’association Garoura lui garantissent par le seul désir de vivre comme les anciens, en harmonie avec la nature. C’était une grande réussite.
Au petit matin, comme il se fait depuis des millénaires, rendez-vous pris à 8h au niveau de la maison de jeunes Kamel Bougandour. Des jeunes, des femmes, des hommes, et des vieux ont répondu présent à l’appel de l’association. Après des discussions sur le sujet entre les vieux et les jeunes, la destination était toute tracée. Cap sur Azaghar, champs situés en bas du village.
Sur place, des témoignages ont été donnés par des personnes qui se souviennent encore de cette pratique. Amagueur N Tafsouth était surtout un rituel réservé aux enfants qui sortaient tôt dans la matinée avant le lever de soleil pour accueillir le printemps. A Azaghar, les jeunes de Tarihant ont profité de l’occasion pour découvrir les appellations presque perdues des plantes qui poussent dans la région. Leur utilisation comme des remèdes pour de nombreux maux a également été l’exposé le plus important des vieux et des vieilles.
La rencontre avec le printemps ne pouvait se dérouler sans la plantation d’arbres.. Munis de pioches et de plants de diverses variétés d’arbres, les jeunes ont procédé à la plantation des arbres sur plusieurs sites. Les méthodes traditionnelles de greffage ont également été au menu. Les présents ont assisté à des démonstrations de greffage de plusieurs arbres. Pratique que les vieux maîtrisent encore. A noter d’ailleurs que beaucoup de jeunes ont ce savoir-faire transmis par leurs parents.
En fin de matinée, c’est l’heure du déjeuner. Les jeunes de Garoura n’ont pas omis de mettre au programme ce volet culinaire. Des mets traditionnels ont été préparés par les femmes du village qui les ont offerts aux présents. En pleine nature, l’art culinaire recouvrait toute sa splendeur avec les goûts qui s’aiguisent au contact de la forêt. C’était une agréable fête ressuscitée grâce à la ténacité des jeunes de Garoura qui refusent de laisser partir ce rituel.

Par La rédaction de Tiwizi info