Note de lecture Le voyage en Amérique de chateaubriand

Dans voyage en Amérique, chateaubriand met en avant dans son écriture, d’abord et avant tout, de la sensualité. D’emblée, on ressent que le déclencheur du récit n’est pas le voyage à proprement parler ou les paysages vus mais les choses ressenties. La réalité observée se transforme aussitôt par la volonté de l’auteur d’incarner sa propre vision dans ses descriptions. L’atmosphère mythique, presque irréelle des paysages, ne le détourne pas, outre mesure, ni n’encombre sa démarche. Bien au contraire; sa sérénité, malgré sa jeunesse, l’a aidée à construire un récit mythique qui acquiert, quelques années plus tard ( sa parution est retardée), une grandeur culminant dans les cimes de la littérature mondiale. Pour son époque, lorsqu’on veut écrire, la première proposition est celle de l’utilité de la chose à écrire. C’est peut-être cette obligation de proclamation du but moral qui le fit détourner de faire une simple photographie de la nature visitée. D’autant plus que cette dernière ne manquait pas d’images saisissantes, ne manquait surtout pas de grandeur ou de puissance. Les élans romantiques de l’auteur et ses penchants religieux ont été déterminants à transformer ce récit de voyage en un livre qui veut être une symphonie du ciel et d’une terre sauvage dont il ne resterait qu’une mission civilisatrice pour la faire émerger à la perspective de salut. Lors de son embarquement à saint Malo, au mois d’avril 1791, c’est à dire deux ans après 1789, chateaubriand déclara: je vais dans la forêt… c’était son unique réponse à ceux qui se demandaient s’il ne fuyait pas justement la révolution française. Mais c’est peut-être à son arrivée en Amérique, et après avoir prononcé cette autre phrase, simple mais bruissante de sens: (ce pays est sans souvenirs), que celle prononcée à saint Malo prend tout son sens. Une façon bien subtile de commencer son œuvre, loin de tout tumulte, qui touche à tous les domaines : ethnographiques, biologiques, politiques, stratégies guerrières des indiens notamment etc. Son voyage réussit, en tout cas, la prouesse de le faire fuir de la chose politique en France dominée alors par la révolution française. La lettre que le chevalier de combourg lui donna en guise de recommandation auprès du président Georges Washington, ne lui offrit que l’occasion de comparer ce dernier à Napoléon Bonaparte. À sa sortie de chez ce président, son voyage commencera alors dans ce monde farouche de l’Amérique du Nord. Ses premiers textes, au-delà de la fascination qu’ils exercent, ne sont guère dans l’affrontement entre ces deux mondes : le siens (civilisé) et l’autre ( sauvage). Ils sont plus dans l’incarnation de la symbolique d’une certaine philosophie. Ils décrivent des péripéties de voyage, de découverte, mais le romantisme et le lyrisme trouvent amplement leur compte. Une sorte de fusion entre les choses vues et admirées et son monde intérieur qui était déjà suffisamment bâti par beaucoup d’auteurs qu’il avait lus auparavant. Sa narration est une véritable symphonie à comprendre jusqu’au silence de ces peuples autochtones dont il ne délivre jamais, par ailleurs, un discours moralisateur. On sent simplement qu’il est là pour percer les mystères de ces peuples dont les traditions remontent, sans qu’elles soient altérées, à des siècles et des siècles en arrière. L’auteur ne manque pas, par contre, de s’ébahir devant certaines bizarreries qu’il retrouve dans ses nombreuses rencontres. Mais cela ne suscite chez lui que de l’émerveillement et de l’expectative. Il ne fait alors que d’écrire comme s’il tenait entre ses mains un simple carnet de voyage. Sans manifester une quelconque approbation ou désapprobation. Ainsi feigne-t-il la distance au nom de la diversité des richesses culturelles. L’étalage de ses points de vues dans ces cas quand ils existent, ne sont jamais agressifs ou dans une autre optique de rejet. Peut-être parce que l’auteur se joue à l’universel et au spirituel lui l’érudit qui a emprunté à beaucoup d’auteurs avant lui.

Lounes Ghezali/ Ecrivain

Par La rédaction de Tiwizi info