Cherif Mellal et six employés du club agressés dans le bureau de la JSK aujourd’hui à midi

Cherif Mellal a été agressé par des individus inconnus au niveau du siège de la JSK. Des individus inconnus ont fait irruption dans le bureau situé à la nouvelle de Tizi-Ouzou aux environs de midi et s’en sont pris violemment aux employés du club kabyle trouvé sur place à l’aide de batons et d’armes blanches. Appelé en urgence, Mellal a lui aussi été agressé à la tête en arrivant au bureau.

Les victimes ont été transférées au CHU Nédir Mohamed de Tizi-Ouzou pour recevoir les soins nécessaires. Selon notre interlocuteur chargé de la communication de l’équipe, les jours des sept personnes agressées ne sont pas en danger mais tout le monde attendait encore le retour de ces dernières de l’hôpital pour se rassurer. En plus de l’agression  des victimes, les assaillants s’en sont prix au matériel utilisé ainsi que le mobilier du bureau avant de disparaître dans la nature.

Enfin, rappelons que la rencontre de samedi prochain face à l’ESS a été reportée à une date ultérieure. Un report qui met dans tous ses états le technicien français Franck Dumas qui devra retravailler le moral de ses joueurs.

Par La rédaction de Tiwizi info

C’est Issad Rebrab qui financera le centre de formation de la JSK

C’est Issad Rebrab qui va financer le centre de formation de la JSK. Ce projet sportif, le premier en Algérie, dont le coût de réalisation est estimé à cinquante millions de dinars sera ainsi entièrement pris en charge par le patron de Cévital qui a exprimé aujourd’hui son admiration pour le projet de Cherif Mellal. Il était à Tizi-Ouzou pour l’inauguration de cette infrastructure située à Oued Aïssi en compagnie des responsables de la JSK ainsi que les représentants de la wilaya et de l’APW. D’une superficie de quatre hectares, il sera doté d’un hôtel de 66 chambres, deux terrains de sport dont un en gazon naturel, des unités de récupération physique, de bassins d’eau chaude et d’un bloc administratif.

Lors de l’inauguration qui s’est déroulée ce matin, Issad Rebrab s’est exprimé sur la situation économique du pays considérant que le problème est politique. Parlant des blocages dont ses projets souffrent actuellement, il a regretté ces pratiques qui nuisent non seulement à l’économie nationale mais à l’image de l’Algérie. Cherif Mellal, lui, a exprimé son soutien à Rebrab qui est, selon lui, un partenaire fiable de son club. Le président de la JSK n’a pas non plus caché son soutien pour l’homme d’affaire dans son bras de fer avec le gouvernement au sujet des blocages dont il est victime.  Pour Cherif Mellal, Issad Rebrab est un industriel qui fait la fierté de l’Algérie. Ses projets font travailler des dizaines de milliers de familles et autant de familles.

Par La rédaction de Tiwizi info

Uche Opéré le 19 mars et indisponible pour 7 mois

Uche sera opéré le 19 mars et ne sera opérationnel que dans sept mois, après sa blessure face au MCA. Ce sera au niveau de la clinique spécialisée Saada à Alger.

Le médecin du club, Djadjoua, a déclaré que deux jours après l’opération, le joueur reprendra par une rééducation mais il ne sera autorisé à courir que six mois après et ce n’est qu’au bout du septième mois que le joueur pourra toucher au ballon.

Plus de peur que de mal par ailleurs pour Arezki Hamroune. Il reprendra avec le groupe lors de la séance d’entraînement de demain lundi. Ce dernier souffrait d’une contracture au niveau de la cuisse c’est pourquoi, il a été ménagé lors du match amical face à l’équipe réserve par précaution. Il sera, donc, disponible pour le match face à l’ESS, samedi prochain. A rappeler enfin que les joueurs reprendront aujourd’hui les entraînements à 10h à Tizi-Ouzou pour la dernière ligne droite avant le match face à l’ESS.

Par La rédaction de Tiwizi info

Un million de dinars en faux billets de 2000 DA

Un vaste réseau spécialisé dans le trafic de faux billet vient de tomber à Ouaguenoun. L’information a été donnée lors d’un point de presse organisée hier par le chef de sureté de daïra d’Ouaguenoun Lezam Hakim qui a conduit l’enquête. L’opération qui a remonté jusqu’aux derniers éléments du groupe a été couronnée par l’arrestation de trois individus. Les derniers d’un grand réseau qui a longtemps sévi et qui a fait un grand nombre de victime par sa supercherie. Trois individus dont l’âge varie entre 38 et 42 ans viennent donc de tomber dans les filets tendus par les enquêteurs qui ont remonté la piste jusqu’à sa décimation totale. Originaires de Tigzirt, Mekla et Tizi-Ouzou, ces derniers faisaient circuler des coupures de billets de deux milles dinars dans plusieurs marchés. Les policiers ont saisi dans le cadre de cette opération pas moins de cinq cent seize coupures toute de deux milles dinars (2000 DA) d’une somme globale estimée à  un million et trente milles dinars. Selon le chef de sureté d’Ouaguenoun, les trafiquants agissaient surtout en exploitant la naïveté des personnes qui se sont fait avoir avec de faux billets après avoir vendu leurs biens.

Par La rédaction de Tiwizi info

Note de lecture Le voyage en Amérique de chateaubriand

Dans voyage en Amérique, chateaubriand met en avant dans son écriture, d’abord et avant tout, de la sensualité. D’emblée, on ressent que le déclencheur du récit n’est pas le voyage à proprement parler ou les paysages vus mais les choses ressenties. La réalité observée se transforme aussitôt par la volonté de l’auteur d’incarner sa propre vision dans ses descriptions. L’atmosphère mythique, presque irréelle des paysages, ne le détourne pas, outre mesure, ni n’encombre sa démarche. Bien au contraire; sa sérénité, malgré sa jeunesse, l’a aidée à construire un récit mythique qui acquiert, quelques années plus tard ( sa parution est retardée), une grandeur culminant dans les cimes de la littérature mondiale. Pour son époque, lorsqu’on veut écrire, la première proposition est celle de l’utilité de la chose à écrire. C’est peut-être cette obligation de proclamation du but moral qui le fit détourner de faire une simple photographie de la nature visitée. D’autant plus que cette dernière ne manquait pas d’images saisissantes, ne manquait surtout pas de grandeur ou de puissance. Les élans romantiques de l’auteur et ses penchants religieux ont été déterminants à transformer ce récit de voyage en un livre qui veut être une symphonie du ciel et d’une terre sauvage dont il ne resterait qu’une mission civilisatrice pour la faire émerger à la perspective de salut. Lors de son embarquement à saint Malo, au mois d’avril 1791, c’est à dire deux ans après 1789, chateaubriand déclara: je vais dans la forêt… c’était son unique réponse à ceux qui se demandaient s’il ne fuyait pas justement la révolution française. Mais c’est peut-être à son arrivée en Amérique, et après avoir prononcé cette autre phrase, simple mais bruissante de sens: (ce pays est sans souvenirs), que celle prononcée à saint Malo prend tout son sens. Une façon bien subtile de commencer son œuvre, loin de tout tumulte, qui touche à tous les domaines : ethnographiques, biologiques, politiques, stratégies guerrières des indiens notamment etc. Son voyage réussit, en tout cas, la prouesse de le faire fuir de la chose politique en France dominée alors par la révolution française. La lettre que le chevalier de combourg lui donna en guise de recommandation auprès du président Georges Washington, ne lui offrit que l’occasion de comparer ce dernier à Napoléon Bonaparte. À sa sortie de chez ce président, son voyage commencera alors dans ce monde farouche de l’Amérique du Nord. Ses premiers textes, au-delà de la fascination qu’ils exercent, ne sont guère dans l’affrontement entre ces deux mondes : le siens (civilisé) et l’autre ( sauvage). Ils sont plus dans l’incarnation de la symbolique d’une certaine philosophie. Ils décrivent des péripéties de voyage, de découverte, mais le romantisme et le lyrisme trouvent amplement leur compte. Une sorte de fusion entre les choses vues et admirées et son monde intérieur qui était déjà suffisamment bâti par beaucoup d’auteurs qu’il avait lus auparavant. Sa narration est une véritable symphonie à comprendre jusqu’au silence de ces peuples autochtones dont il ne délivre jamais, par ailleurs, un discours moralisateur. On sent simplement qu’il est là pour percer les mystères de ces peuples dont les traditions remontent, sans qu’elles soient altérées, à des siècles et des siècles en arrière. L’auteur ne manque pas, par contre, de s’ébahir devant certaines bizarreries qu’il retrouve dans ses nombreuses rencontres. Mais cela ne suscite chez lui que de l’émerveillement et de l’expectative. Il ne fait alors que d’écrire comme s’il tenait entre ses mains un simple carnet de voyage. Sans manifester une quelconque approbation ou désapprobation. Ainsi feigne-t-il la distance au nom de la diversité des richesses culturelles. L’étalage de ses points de vues dans ces cas quand ils existent, ne sont jamais agressifs ou dans une autre optique de rejet. Peut-être parce que l’auteur se joue à l’universel et au spirituel lui l’érudit qui a emprunté à beaucoup d’auteurs avant lui.

Lounes Ghezali/ Ecrivain

Par La rédaction de Tiwizi info

Le barrage de Taksebt à 81,79% de remplissage

Le barrage de Taksebt affiche un taux de remplissage de 81. 79% au 1er février en cours. L’information révélée par les services de l’hydraulique de la wilaya de Tizi-Ouzou  précise que l’année passée à cette même période ce dernier n’était qu’à 37%. Une nouvelle fortement réjouissante car cette année, la nature est très généreuse annonçant vraisemblablement un été sans pénurie d’eau potable. Les mêmes services annoncent la mobilisation d’une enveloppe budgétaire de 5.5 milliards de dinars pour la réalisation de six stations d’épuration des eaux usées.

Par La rédaction de Tiwizi info