La JSK est-elle surmédiatisée ?

Une chose est sûre, la JSK tient une grande place dans l’actualité et ça n’a pas que des effets positifs. Beaucoup considèrent que cette exposition permanente à l’actualité parfois comme acteur a des répercussions négatives sur les joueurs. Le dernier feuilleton vécu par la JSK et le bras de fer qui s’en est suivi entre Cherif Mellal et la LNF a grandement influé sur le rendement des joueurs qui ont fait une fin de phase aller difficile en championnat.

Hier, lors d’une conférence de presse tenue par Mouloud Iboud en l’absence du président du club, beaucoup de questions ont en effet été posées au sujet de ce volet ainsi que celui relatif aux recrutements. Le porte parole du club, Mouloud Iboud a félicité l’équipe et la direction de l’IRB Ghris pour leur victoire arrachée sur tapis vert et qui ne souffre d’aucune irrégularité, a tenu à précisé l’orateur. Un résultat, précise-t-il, qui fait très mal à la JSK, direction et supporters auxquels d’ailleurs il a demandé pardon. Mais, il ne faut pas rester éternellement sur cette défaite qui n’influera aucunement sur le projet initial qui est de rendre à la JSK sa grandeur. Un projet à moyen terme qui a d’ailleurs l’assentiment de tous les amoureux du club.  Toujours au sujet de la défaite, M. Iboud a fait savoir qu’une réunion élargie s’est tenue après la rencontre pour mettre au clair beaucoup de points et surtout pour remonter le moral des joueurs.

Par ailleurs, comme prévu, beaucoup de questions ont eu trait aux recrutements pour le moins problématiques à maints égards. Mouloud Iboud affirmait que la direction ne va pas payer des joueurs à trois cent millions. La JSK, précise-t-il, est à la recherche de joueurs conformes au projet du club. Le coach Dumas, précise l’orateur, a souhaité trois nouveaux joueurs pour renforcer l’attaque avec une recrue et deux pour le milieu de terrain. Sans annoncer des noms, Iboud assurait que la direction est sur la piste de bons joueurs.

Par La rédaction de Tiwizi info

IRB GHRIS 2 – JSK 0 Une défaite qui ne doit pas faire oublier le vrai projet de Mellal

Les canaris se sont inclinés devant l’IRB Ghris par  le score de 2 buts à O dans une rencontre pour le moins bizarre. Deux buts encaissés sans pouvoir riposter. Le score a sans nul doute étonné les observateurs et a déçu les supporters. La direction n’a pas caché sa déception aussi. La JSK sort de la course à la coupe d’Algérie par la petite porte. Mais, en fait, la sortie par la petite porte en coupe, pour beaucoup, n’est pas un critère fiable pour juger les joueurs. De part le monde, les matchs de coupe apportent des surprises invraisemblables.

A présent, l’heure n’est pas aux jugements mais au travail. Une longue et rude deuxième phase attend les jeunes canaris qui ont certes concédé une défaite amère mais qui ont montré des qualités énormes par lesquelles, la JSK peut revenir dans les prochaines années.  C’est en effet dans ce genre de situations qu’il faut s’attacher avec force au projet tracé à moyen et à long terme.

Cherif Mellal, déçu comme tout le monde par le score, doit maintenir le cap sur ses projets de construire à moyen terme, un grand club. Tout indique qu’il est sur la bonne voie et ce n’est pas le résultat d’un match de coupe qui va le détourner et encore moins l’arrêter en si bon chemin. La vraie JSK qu’espèrent revoir les supporters, c’est à partir de la saison prochaine.

 Toutefois, la défaite d’aujourd’hui à Mascara aussi amère soit-elle doit être mise à profit pour revoir quelques stratégies mal réfléchies.  Aujourd’hui, il est évident que la direction de la JSK a été, à bien des égards, mal conseillée. Mal conseillé, en début de saison, comme nous n’avons pas hésité à le dire, sur la libération précipitée des joueurs cadres. Ceux-ci ont fait plusieurs saisons dans la maison et leur départ ne pouvait qu’avoir des conséquences. Mellal avait libéré des joueurs pour courir derrière d’autres qui ne valent pas mieux.Des recrutements inutiles qui n’ont, finalement, pas apporté le plus que certains conseillaient au président.

Des recrutements qui se poursuivent durant ce mercato alors que le but est de construire une grande équipe d’avenir avec des jeunes du cru. La direction kabyle est partie à la recherche de grands joueurs dans un championnat médiocre. Une incongruité pure et simple. On peut même dire que les recrutements ont produit et continuent de produire l’effet contraire sur les jeunes qui se sentent dépréciés. D’une part,la direction vante leurs qualités et sa confiance en eux pour une équipe d’avenir mais qui n’hésite pas, d’autre part, à aller chercher des joueurs de meilleure qualité. Ce qui ne peut que signifier à leurs yeux que finalement personne ne croit en eux. Un sentiment démotivant qui serait derrière cette baisse de la qualité de leur jeu.  

Enfin, il convient de rappeler en ces moment de grande déception, que le projet de Cherif Mellal n’est pas le championnat ni la coupe cette saison mais de construire un grand club dans les deux prochaines années. Le projet est de rendre à la JSK son prestige à moyen terme et de construire un centre de formation et pleins de rêves qu’il faut réaliser.

Par La rédaction de Tiwizi info

Des femmes et des mineurs dans un réseau de trafic de faux billets démantelé à Ouaguenoun


Trois femmes dont une mineure âgée de dix-sept ans seulement et trois hommes ont été arrêtés à Ouaguenoun pour trafic de faux billets. Le réseau dont les ramifications s’étendaient jusqu’à Béjaia était spécialisé dans  la  confection des billets de deux milles dinars (2000 DA)  dont une somme de cinq millions de centimes a été retrouvée sur une des femmes interpellées.

 Selon le commissaire principal dela sûreté d’Ouaguenoun, Hakim Lezam qui a organisé hier une conférence de presse, le fil de cette affaire aurait été remonté après l’identification d’un des membres qui était une femme. Suite à son arrestation, à bord de son véhicule lors d’un contrôle, deux autres les services de sécurité ont mis la main sur deux autres hommes et une deuxième femme. Toujours selon le premier responsable de sûreté d’Ouaguenoun, se sont 25 faux billets de banque de 2000 DA, soit l’équivalent de 50 000 DA qui aurait été saisis. Du matériel a également été retrouvé après l’interrogation des inculpés comme des outils servant à ce trafic,un détecteur de métaux et des téléphones portables. A noter par ailleurs que le véhicule utilisé utilisée lors de l’arrestation.

Par La rédaction de Tiwizi info

La JSK et l’ENIEM se retrouvent à nouveau




D’aucun aura vu les retrouvailles comme un signe porte bonheur. C’était avec le logo du label ENIEM que l’équipe kabyle a régné sur le football national et africain durant les années 80 et 90. Une histoire marquée en or par le Jumbo-Jet. La journée d’hier samedi a en effet été marquée par l’officialisation du retour de l’ENIEM comme sponsor de la JSK. Le contrat a été signé lors d’une cérémonie qui s’est déroulée dans la matinée au niveau du siège de la société spécialisée dans l’électroménager sis à Oued Aïssi. Selon un communiqué du club kabyle, la convention de partenariat pour la saison sportive 2018/2019 entre la JSK et l’ENIEM est un concept de partenariat en formule gagnant-gagnant entre deux géants de la région unis, rappelons-le, pendant plusieurs années, notamment durant l’épopée ou la JSK rasait tout sur son chemin avec la fameuse équipe du Jumbo-Jet sous la direction du charismatique big président, le regretté Boussad Benkaci.

Ceci dit, ajouter le communiqué, les retrouvailles ce samedi le retour de l’ENIEM après plusieurs années d’absence, s’est déroulé dans une cérémonies des plus cordiales entre deux grands labels dont les liens sont gravés dans les mémoires et inscrits en lettre d’or dans l’histoire du club le plus titré du pays et de l’entreprise ENIEM. La cérémonie de signature de la convention liera désormais à nouveau la JSK à l’ENIEM a vu la présence à Oued Aissi  des responsables des deux parties ainsi que de nombreux invités.

Par La rédaction de Tiwizi info

Les émigrés algériens ne font rentrer que 2 milliards de dollars. Pourquoi ?

Les émigrés algériens font rentrer au bled deux milliards et deux cent millions de dollars chaque année. Le chiffre vient d’être révélé par un rapport de la banque mondiale sur les fonds rapatriés par les diasporas dans leurs propres pays. Toujours selon ce même document, le montant représente 1.1 % du produit national brut de l’Algérie.

Mais, ce montant paraît minime et trop petit au regard de ce que rapportent les émigrés égyptiens qui font rentrer dans leur pays 25.7 milliards de dollars suivis directement par les libanais avec 7.8 milliards, les marocains avec 7.4. Ces pays sont talonnés par la Jordanie avec 4.4 milliards. Aussi, au vu de ces chiffres et le nombre d’émigrés que compte l’Algérie en France et dans le monde, il apparaît clairement que le chiffre est trop en dessous de a moyenne.

Mais en fait, les émigrés algériens ne se classent pas en bas du tableau parce qu’ils aiment moins leur pays. S’ils n’envoient autant de devise qu’il faut, c’est qu’il y a bien de bonnes raisons à cela. Et bien évidement, au-delà du système bancaire et de l’économie nationale qui n’offrent pas les conditions, il devient nécessaire de lancer un vrai débat pour connaître les causes qui empêchent les émigrés algériens de ramener leur argent au bled pour investir.  Un débat de fond s’impose et que notre journal veut lancer.

Par La rédaction de Tiwizi info

JSK- FUS Casablanca demain à 15h au stade Moulay Hassan de Casablanca

Les canaris se sont retapé le moral après un stage très bénéfique dans la ville de Casablanca.  Le séjour marqué par d’intenses préparatifs dirigés par Franck Dumas sera clôturé par une rencontre amicale à l’affiche entre le club local FUS de Casablanca et la JSK demain à 15h au stade Moulay Hassan de.  La rencontre sera un véritable test pour les canaris qui s’apprêtent à se relancer dans la seconde phase du championnat national.

Aussi, la rencontre de demain face à l’un des meilleurs clubs du championnat marocain permettra à Dumas de voir plus clair dans l’effectif qui est à sa disposition. Des jeunes joueurs encadrés par quelques anciens comme Benyoucef sont fin prêts pour descendre dans l’arène. Face au FUS, Dumas pourra tester son attaque mais surtout sa muraille qui aura à affronter une redoutable attaque. La condition physique sera aussi dans le viseur de l’entraîneur qui n’ignore pas que les joueurs évolueront, comme dans le reste du monde, en seconde phase d’une longue compétition. Le souffle long est un critère important lorsque les compétitions titrent à leur fin. Aujourd’hui donc, les canaris se hisseront à une grande équipe et ce sera un véritable barème pour le sélectionneur.

A noter également que la reprise des canaris sera en coupe d’Algérie face à l’AR Ghris une équipe évoluant dans la wilaya de Mascara. Après quoi, la reprise du championnat est impatiemment attendue par les amoureux du club kabyle qui comptent donner l’exemple sur les gradins. Tous espèrent que les problèmes connus dans les dernières rencontres ne sont plus qu’un souvenir lointain et que lez droit va reprendre ses droits.

Par La rédaction de Tiwizi info

JSK, Recrutements ou enfantillages ?

Alors que les jeunes canaris s’entraînent à Casablanca, la direction de la JSK semble installée dans les enfantillages de la presse sportive et des présidents de certains clubs incapables de faire mieux qu’ils ne sont en réalité. Beaucoup de supporters kabyles ne comprennent pas l’attitude de Cherif Mellal qui poursuit des joueurs au niveau lamentable alors qu’il en dispose de talents indéniables dans les jeunes du cru.

On aura connu une semaine marquée par des enfantillages et bizarrement, la direction de la JSK s’y installe confortablement. Meziani, Belarbi, Boudaoui, Selmi, Naïdji, des joueurs qui n’ont rien de spécial qui jouent aux vedettes face à l’inexplicable « drague » de Cherif Mellal. Pour beaucoup de supporters, ces joueurs ne méritent pas autant d’intérêt et qu’il y a mieux dans les rangs des jeunes de la JSK. Le désir de la direction de les acheter à coup de milliards n’est rien d’autre que de la pub gratuite pour des joueurs qui ne prouvent rien sur le terrain. Le  niveau de leurs clubs et du championnat qu’ils produisent en est le vrai barème.

A quelques jours de la reprise, les supporters appellent vivement Mellal à cesser de faire de la pub aux autres. Son objectif est de construire une équipe d’avenir avec un projet prometteur pour la JSK. Les caprices de son coach commencent vraiment à faire des vagues parmi les amoureux du club qui jugent que son rôle s’arrête à sa mission. Une mission qu’il doit accomplir avec  les joueurs dont il dispose.

Par La rédaction de Tiwizi info

Le prix de la mémoire sera décerné à Matoub Lounes

L’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou décernera à titre posthume le Prix de la Mémoire  à Matoub Lounes lors du colloque qu’elle abritera les 23 et 24 janvier prochains.  Ces événements auront lieu à l’occasion de la commémoration du 63ème anniversaire de la naissance de Lounès Matoub. Durant cette rencontre, les conférenciers se pencheront sur plusieurs thèmes relatifs à l’œuvre de ce grand homme. Selon, l’universitaire Saïd Chemakh, des communications traiteront entre autres de la relecture des œuvres du Rebelle, à la lumière des diverses théories littéraires sémiotiques ». des conférences très intéressantes sont attendues comme celles que présenteront Zahir Meksem, Kamel Bouamara, Allaoua Rabhi, Mhamed Djellaoui, Hassina Kherdoussi, Kamel Nait Zerrad, Mohand Akli Salhi et Said Chemakh. Nous y reviendront avec plus de détails.

Par La rédaction de Tiwizi info

IL FAUT UN GRAND DÉBAT DE SOCIÉTÉ !!

Basta ! Nous n’allons pas réduire le malheur des jeunes et le deuil des familles en statistiques. Les jeunes harragas morts, hier et d’autres bien avant, ont des noms pas des numéros. Après deux décennies, il s’avère que, comme le gouvernement, la société refuse le débat par crainte de se remettre en cause.  Parce qu’en fait, le phénomène est une véritable remise en cause des fondamentaux d’une la société moderne que nous croyons être. Pleine d’hypocrisie, agrippée à la religion comme si l’au-delà nous prenait par la gorge à chaque instant, nous avons oublié de vivre d’abord.

Aujourd’hui, il devient évident au simple mortel que cela ne peut plus continuer comme ça. Nous sommes au bout, pas du tunnel mais du chemin sans issue que nous avons pris depuis l’indépendance. Disons, qu’à l’indépendance, il n’y avait rien mais il fallait faire quelque chose. Plus besoin de juger ceux qui étaient là à ce moment   parce qu’on ne sait pas ce que nous aurions fait à leur place. Le bon sens dit qu’il faut, à présent, arrêter et mettre le compteur à zéro. Prendre un nouveau départ vers une société effectivement moderne dont les enfants n’auront pas besoin d’aller frapper aux portes des autres.

Une société qui puisse donner du rêve à ses enfants. Rêver, c’est vivre et c’est ce qui a dramatiquement fait défaut. Nos enfants  traversent les mers à sa recherche. On n’a pas besoin de solutions miracles et de grandes théories. Il nous suffit de donner chacun sa petite solution. En débattre pour s’enrichir mutuellement. De petites idées pourront construire un grand projet. Qu’en pensez-vous ?

Par La rédaction de Tiwizi info