Trois supporters de la JSK condamnés à trois mois de prison avec sursis

Ils ont été libérés ce matin après leur comparution devant le juge près le tribunal de la ville d’Oran. Arrêtés après le match de la JSK face au MCO samedi passé, les inculpés ont donc été libérés mais avec une condamnation à trois mois de prison avec sursis. Après leur sortie, les trois jeunes ont été récupérés par des représentants de la JSK. Heureux de revoir enfin leurs familles, les trois supporters ont tenu à remercier vivement leur deuxième famille qui est la JSK. Ils ont exprimé leur gratitude à la direction kabyle qui ne les a pas abandonnés, selon leurs propos.  Bien plus encore, la présidence de la JSK a suivi de près l’affaire en laissant à Oran des représentants pour s’occuper du de ces trois supporters.

Par ailleurs, au chapitre  du calendrier, on apprend de la  FAF que les canaris auront du temps pour se préparer jusqu’au 5 novembre pour jouer son match de championnat. Ce sera face à l’USMA pour le compte de la 13ème journée. Ceci, étant donné que le match face au CSC pour le compte de la 12e journée a été reporté jusqu’au 19 novembre. Le CSC va jouer ce jeudi la super coupe face à l’USM Bel Abbès.

Au sujet de l’effectif, l’on apprend également de sources proches de la direction du club kabyle que la JSK pourrait recruter deux éléments lors du printemps hivernal. Dumas veut au minimum deux joueurs au mercato, un milieu de terrain et un attaquant. C’est, pour lui, la priorité. Il en a déjà parlé aux dirigeants et attend à ce que des noms lui soient proposés. Toujours sur le marché des joueurs, il convient de rappeler que le PAC Paradou refuse de libérer Benkhelifa et se dit prêt à négocier pour Benyoucef.

 

Par La rédaction de Tiwizi info

Les maillots de la JSK prochainement en Tifinagh

Le maillot de la JSK sera transcrit en lettres amazighes Tifinagh. L’annonce a été faite par la personne chargée de la traduction de la dénomination « Jeunesse Sportive de Kabylie » qui l’a fait sur son compte Facebook.  Jeunesse sportive de Kabylie sera donc transcrite sur les maillots jaunes des canaris en Tifinaɣ. La demande a été formulée par la direction de la JSK , Mr RABIA Farid qui s’est occupé de la préparation du CD relatif à la traduction en tamazight précise que le  travail a été attesté et approuvé par Mr Ramdane Achour, spécialiste en lexique amazigh et enseignant au département de tamazight de l’université Mouloud Mammer de Tizi-Ouzou.

Aussi, la demande formulée par Cherif Mellal a vite retrouvé les personnes indiquées pour sa concrétisation sur le terrain. Les joueurs kabyles porteront pour la première fois dans l’histoire de l’Afrique du Nord, des tenues écrites en Tifinagh en attendant d’autres clubs algériens. A rappeler que la tenue accompagnant cet article n’est pas celle officiellement adoptée part la JSK mais juste une ébauche imaginée par les concepteurs des transcriptions Tifinagh.

Par La rédaction de Tiwizi info

Salem Kheloui primé pour son travail sur Tajmaat

C’était la joie hier à Radio Tizi-Ouzou après la consécration de son reportage sur Tajmaat et l’obtention de la 3ème place au Prix du président de la république. L’équipe dirigée par le talentueux Salem Kheloui s’est attelée à la réalisation du travail sur l’assemblée des villages qu’elle a brillamment mis en surbrillance dans le cadre du vivre ensemble en paix.

Le Vivre Ensemble en Paix qui a été le thème choisi pour cette édition de ce concours se retrouve parfaitement dans le concept de Tajmaat que l’équipe de Radio Tizi-Ouzou a su mettre en valeur. Mieux encore, le talent de ce jeune animateur et ses collaborateurs a permis d’étendre le concept pour toucher à l’environnement. Dans ce travail de « pros », Tajmaat kabyle apparaît dans sa dimension harmonieuse avec l’environnement qu’elle a toujours protégé. N’est-ce pas que les travaux de volontariat se tiennent chaque saison pour l’amélioration du cadre urbain.

Contacté, le journaliste s’est dit très heureux et surtout très fier d’honorer Radio Tizi-Ouzou et toute la corporation de la presse locale. Celle-ci a également exprimé sa joie de voir l’un des confrères et la Radio Tizi-Ouzou consacrée pour la qualité du travail accompli. La joie a été cependant plus visible chez le directeur et non moins animateur Arezki Azzouz. Ce dernier a tenu à féliciter son équipe de journalistes dirigée par Salem Kheloui  dont il a loué le professionnalisme et l’abnégation et l’amour du métier. Bravo chers confrère !

 

Par La rédaction de Tiwizi info

JSK Pourquoi Benaldjia est parti

C’est désormais officiel, Mehdi Benaldjia quitte la JSK. L’accord a été trouvé entre son manager et Cherif Mellal hier dans l’après-midi. Lors d’une conférence de presse qu’ils ont animée conjointement, Benaldjia et Mellal ont exprimé leurs remerciements réciproques. Sans le dire, Mellal a accepté le départ précipité de ce joueur sur insistance de Franck Dumas. selon nos sources proches du club, le technicien français a décidé d’écarter ce joueur et ne pas compter sur lui parce de toute façon il s’en va le mois de décembre.. Ce n’est pas seulement parce qu’il semblerait que les absences aux entraînement de ce dernier et de Boukhenchouche ne se sont en fait pas arrangées. les relations entre l’entraîneur et ces deux éléments ne se sont pas améliorées.

Aussi, Benaldjia s’est montré compréhensif de la décision du technicien français qui est toute logique. Dans quelques jours, la direction du club kabyle organise un banquet en couscous pour rendre hommage à ce jeune joueur qui a donné le meilleur de lui-même pour sauver la JSK de la relégation. Bon vent Mehdi et bonne réussite. C’est ce que lui souhaitent les supporters kabyles qui l’aiment beaucoup.

Par La rédaction de Tiwizi info

Tragédie du diplôme sans emploi

Diplômé mais sans emploi, comment y remédier ?
De point de vue psychologique

Par : ADAOUN Yacine
Psychologue spécialisé en santé mentale

Plan de travail
Introduction
1- Qu’est-ce que le chômage
2- Différents types de chômage
3- Les causes du chômage des jeunes
4- les conséquences du chômage sur la vie des jeunes
5- Faire face au chômage

Introduction :
Le chômage est un problème psycho-socio-économique et aussi politique, la jeunesse est la génération de travail et de la production et de la motivation et dela compétence et de la connaissance et remettre cette énergie productive en situation de sans emploi amène ces jeunes à un déséquilibre psychologique et la violence sachant que plusieurs études ont montré les effets néfastes du chômage sur la vie de l’individu et leur santé physique et leurs interactions sociales. Dans cette communication, nous essaierons de citer les conséquences du chômage sur la vie des licenciés sans emploi, puis de montrer quelques stratégies pour faire face à cette situation d’inactivité.

1- Qu’est-ce que le chômage :
Selon le Bureau international du travail (BIT) : un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions:
– être sans emploi, c’est à dire ne pas avoir travaillé au moins une heure durant une semaine de référence ;
– être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours ;
– avoir cherché activement un emploi dans le mois précédent ou en avoir trouvé un qui commence dans moins de trois mois.
La plus simple définition :
– Personne sans emploi, disponible pour travailler et recherchant un emploi.
– Être sans travail (une personne qui fait quelques heures par mois est considérée au travail), être disponible pour travailler, rechercher effectivement un emploi.

2- Différents types de chômage :
– Chômage de longue durée : demandeurs d’emploi de plus de 12 mois consécutifs.
– Chômage conjoncturel : chômage résultant d’un ralentissement de l’activité économique.
– Chômage structurel : chômage lié aux déséquilibres structurels de l’économie (inadaptation des qualifications, entreprises en déclin etc.)
– Chômage technique : inactivité forcée dans l’entreprise en raison de circonstances particulières (panne, incidents, manque de client etc.)
– Chômage partiel : inactivité forcée des salariés décidée par le chef d’entreprise pour réduire la production.
– Chômage frictionnel : chômage d’adaptation lié à la période entre deux emplois.

3- les causes du chômage des jeunes :
Pour aborder ce sujet, il faut tout d’abord citer les causes ainsi de définir
Quelques expressions. Plusieurs facteurs expliquent ce problème. Il y a des facteurs économiques dont le progrès techniques et l’évolution de la productivité, la crise économique et ralentissement de la croissance et les délocalisations des entreprises concurrence des pays en développement. On peut encore citer les facteurs démographiques et sociologiques ainsi des facteurs structurels.
– Les facteurs économiques :
Commençant par les causes économiques qui se résument dans le progrès techniques par le remplacement de l’homme par la machine ; c’est l’ensemble des innovations permettant d’améliorer l’efficacité du système productif, de créer de nouveaux produits ou de nouveaux procédés, par l’exemple : la quantité produite, les heures du travail. La substitution du capital au travail du fait des investissements (robotisation…) faits par les entreprises provoque ce chômage
dit technologique, ce progrès crée également des emplois mais d’un niveau de compétences supérieur aux emplois supprimés. Ensuite, la crise économique et le ralentissement de la croissance conduit au retournement de la situation économique ; c.-à-d. la récession. La crise financière (2008) devenue économique se traduit aujourd’hui par un ralentissement de l’activité économique : moins de consommation, de pouvoir d’achat, licenciements…).

– Les factures démographiques et sociologiques:
Et maintenant, parlant aux causes démographiques, on peut l’expliquer parl’évolution démographique par la croissance de la population active et le développement du travail féminin. Il existe aussi parmi les causes
démographiques et sociologiques ce qu’on appelle la situation dans laquelle coexistent une entreprise et un chômage. La situation est contradictoire, les entreprises cherchent à recruter, cependant, ces demandeurs d’emplois ne trouvent pas de poste. autrement dit, les qualifications requises par les entreprises ne sont pas disponibles auprès des demandeurs d’emploi ; les demandeurs d’emploi ne sont pas assez mobiles pour déménager dans une région dans laquelle une entreprise recrute ou, ne veulent pas accepter des postes aux salaires insuffisants, car il y a une incohérence entre ce que demandent les recruteurs et ce que possède les candidats, c’est ce qu’on appelle le chômage d’incohérence.
– Les facteurs structurels :
Nous ne pouvons pas passer sans mentionner les causes structurelles qui viennent de la rigidité du marché du travail. Selon certains auteurs trop de rigidités ont été introduites sur le marché du travail et ne permettraient plus une allocation optimale des emplois. La législation protectrice des salariés,introduirait des rigidités.
4- Quelles sont les conséquences du chômage ?
Il existe naturellement, a cause des problèmes du chômage des conséquences qui agissent sur presque tous les domaines, voici quelques-unes de ces conséquences : la Perte de revenus, les Exclusions, l’Endettement, la Perte de statut social et la Perte de logement, l’éducation des enfants, la hausse de la délinquance, l’utilisation des drogues, le stress, la déprimes, les maladies, la perte de lien familiaux, la création du sentiment d’inutilité. Certaines conséquences sont un peu exagérées, mais on les retrouve souvent lors de différents sondages sur les conséquences du chômage.
– Perte de revenus
– Endettement
– Perte de statut social
– Perte de logement
– Conséquences sur l’éducation des enfants
– Délinquances
– Drogues
4-1- Les conséquences directes du chômage :
– La perte du pouvoir d’achat.
– La perte du lien social : L’entreprise étant le principal lieu de socialisation du salarié, la perte d’un emploi s’accompagne de la perte du réseau et des liens professionnels qui permettent la satisfaction du besoin d’appartenance.
– Le statut de chômeur étant dévalorisé, il influence profondément l’image et l’estime que l’individu a de lui. Malgré le temps libre dont il dispose, le chômeur ne se sent pas digne d’en profiter pour expérimenter de nouvelles activités qui lui permettraient de créer de nouveaux liens sociaux.
– La honte qu’il ressent l’incite à s’isoler de sa famille et de ses amis. En se repliant sur lui, le chômeur perturbe l’équilibre de sa vie de famille.
– La santé physique et psychique du chômeur: L’identité, le statut social et le sens de la vie d’un individu étant étroitement liés à la pratique quotidienne d’une activité professionnelle, le chômage de longue durée risque de provoquer un effondrement de sa personnalité et de son équilibre psychique. Ne disposant plus de repères temporels pour structurer son emploi du temps et le rythme de sa vie, le chômeur est confronté au désoeuvrement, à l’angoisse et au vide existentiel.
En se prolongeant, ce climat stressant et anxiogène peut provoquer des maladies plus ou moins graves, telles que l’insomnie, la dépression, le cancer, etc., et parfois, conduire au suicide.

4-2- Les conséquences indirectes du chômage :
– La délinquance et de la criminalité : Étant confrontés à la difficulté de
trouver un emploi, les jeunes issus de milieux défavorisés peuvent facilement basculer dans la délinquance. En effet, la plupart des condamnés pour vols, trafics ou violences cumulent la précarité et l’exclusion sociale dues au chômage.

5- Faire face au chômage :
5-1- Conseils pour faire face au chômage longue durée
“Motivation, patience, structure, organisation, stratégie et détermination sont les maîtres mots d’une recherche d’emploi réussie. La base est évidemment votre CV et votre lettre de motivation.”
– Ne pas rester isolé, se faire aider : C’est le principal conseil donné par toutes les associations et les spécialistes de l’emploi. «Il faut partager son expérience, parler de sa situation, éviter d’en faire un tabou».
– Se trouver un rythme : La perte d’emploi amène très vite à une
désorganisation du temps et à un glissement vers une vie sans rythme, ni
repères. Il est important de chercher une hygiène de vie et d’organiser sa journée:
«une heure de lever, une heure de déjeuner, un temps de recherche d’emploi, un temps pour soi».
– S’accorder des temps de pause : Qui est passé par une période de chômage sait à quel point les recherches d’un emploi sont éreintantes. «Il ne faut pas s’épuiser, il faut plutôt chercher à se faire plaisir», poursuit la directrice de l’association. Dans cette même logique, on peut envisager aussi sa période de chômage comme «une parenthèse ayant du sens, en ne s’interdisant pas d’avoir un projet autre que celui de retrouver du travail (bénévolat, projet artistique…)».
– Ne pas culpabiliser : «Dans cette période, tout le monde est frappé par le chômage et les employeurs se montrent très exigeants, il ne faut donc pas tout endosser et penser qu’on est fautif» «en reconnaissant ses compétences, ses talents ou ses qualités que l’on a su mettre en oeuvre au quotidien, dans les petites et les grandes réussites».

5-2- Les erreurs à éviter
– Etre pessimiste : “Si on part du principe que tout est bouché et qu’on a
aucune chance à cause de statistiques, il est évident que cela sera difficile de garder la motivation. Posez-vous les bonnes questions et analysez les raisons d’un échec. Vous verrez que ce n’est pas uniquement le marché qui est responsable – même si le parcours n’est pas un long fleuve tranquille. C’est vous qui ferez la différence lors de vos entretiens d’embauche, et pour cela il faut pouvoir se vendre tout en restant humble mais en vous démarquant du candidat qui est passé juste avant vous…”
– Etre impatient : “Il est parfois nécessaire de changer sa cible et de passer par deux phases afin d’obtenir l’objectif premier. L’intérim par exemple est devenu un excellent tremplin pour arriver à son objectif (CDI). Par exemple, devenir consultant parait peut être facile mais il faut plusieurs années d’expériences afin d’être expert et avoir une certaine renommée sinon vous êtes dans la masse et le problème est le même.”
– Etre (trop) exigeant: “Le salaire est important mais un junior doit être
flexible et faire ses preuves – sans rentrer dans de l’exploitation évidemment…”

Conclusion :
Nous pouvons affirmer que le chômage est la survie de l’individu sans travail dans l’incapacité de gagner indépendamment sa vie. Gouverné notamment par les conditions sociales, économiques et politiques, les chiffres mentionnés ne laissent aucun doute sur le fléau qu’il représente. L’impact social, économique, et psychologique est très important. Tous les individus et les gouvernements doivent accélérer la résolution du problème et le contenir en trouvant un traitement approprié pour le progrès de la société et de ses diverses institutions.

Par La rédaction de Tiwizi info

MOHAND OUMOUSSA AWAGUENOUN, Une poésie qui porte les cicatrices de la dépossession

Réduit au silence, pourtant, sa vie comme son oeuvre a marqué la dernière moitié du XIXe et le début du XXe siècle. Mohand Oumoussa Aouaguenoun, une légende oubliée. Un grand poète que les années et surtout les hommes ont réduit au silence. Pourtant, sa vie comme son oeuvre ont marqué la dernière moitié du XIXe et le début du XXe siècle. Le poète a sillonné toute la Kabylie, l’Algérie, mais aussi la Tunisie.
Mohand Oumoussa Aouague-noun était un poète et un conseiller pour les grands de son temps. Il était le conseiller et le commensal des Aït Kaci. Consulté et admiré pour son verbe et sa sagesse, le poète n’a jamais cédé aux délices de la vie bourgeoise des Aït Kaci ni aux tentations des nouveaux arrivants. Attaché à sa terre, sa religion et sa dignité, le poète déclina d’un revers de… mots, les propositions. Des faits racontés par ses contemporains attestent de sa capacité à résister aux délices préférant l’austérité et la dignité. Il préféra vivre de son tambour et de son art. Célèbre pour l’exécution magique de son instrument intermède de la poésie, Mohand Oumoussa Aouaguenoun était très convoité pour les fêtes. On faisait appel à lui au-delà de la Méditerranée. Il a animé des fêtes dans plusieurs villes de France.
Le petit berger d’Azrou Ouguettouf
Né à Agouni Hamiche dans la première moitié du XIXe siècle, Mohand s’initia au tambourin très jeune. Il se découvrit également un don du verbe que les jours confirmeront. Bien qu’avec les imperfections de la mémoire orale, il serait né en 1838 dans une famille de quatre enfants dont une fille. Orphelin de père encore enfant, Mohand devint berger chez un voisin. Petit, il se découvrit une muse, le tambour. Un jour, alors qu’il gardait les chèvres à Azrou Ouguettouf, lieu situé près de la Crête, il fut aperçu par les membres du groupe de tambourins de Hand Ouali Nath Ouaguenoun. Celui-ci demanda à la mère de Mohand qui accepta que son fils aille travailler pour lui. Il lui confia la tâche de porteur de tambours. En quelques années seulement, Mohand devint un grand tambourinaire qui s’émancipa de son maître, Hand Ouali Nath Ouaguenoun. Grand maître des tambourinaires, Mohand Oumoussa Aouaguenoun devint très connu avant d’atteindre l’âge de vingt ans. Sa sagesse et ses pensées prémonitoires feront de lui un personnage admiré et consulté par les grands de son temps. A l’âge de 17 ans, Mohand Oumoussa Aouaguenoun devint conseiller et commensal de la famille des Aït Kaci. Les administrateurs français ne seront pas moins intéressés par sa compagnie à l’âge de 20 ans. Le tambourinaire animera des fêtes même dans l’Hexagone.
Ainsi, après une enfance passée dans le dénuement total, le poète devint très célèbre et très riche. Mais, le personnage, encore plus sa notoriété, sera brisé par les conditions de la colonisation. Mohand Oumoussa Aouaguenoun préféra se retirer dans son village Agouni Hamiche et mener une vie toute simple. Venant en aide à ses concitoyens en argent et en conseils, le poète continua de vivre dans l’austérité de sa terre au regard des fastes des bourgeois kabyles et des colons. Le poète aura connu toutes les conditions dans son jeune âge.
Le poète ne put pas s’adapter à l’ordre nouveau
Les récits oraux parlent d’un poète de talent qui a refusé de déclamer ses vers devant un militaire français en charge de la collecte de poèmes en contrepartie d’une forte rémunération. Cité également par Mouloud Mammeri, dans Poèmes kabyles anciens sans pour autant apporter sa confirmation du nom du général Letourneau. C’est Belkacem Oukaci qui a été mandaté par l’administrateur français pour lui demander de déclamer sa poésie. La réponse du poète vint par un poème sans ambages. D’ailleurs, Hanoteau n’a pu recueillir pour son oeuvre que deux poèmes.
Day guqa lwerd a rebbi
Alama megregh taafert
Lhila tettaguem trennu
Ma nettat tugi tatchert
Ma mlighas nnbi iwroumi
Awer ichfea di lakhert
Les roses, mon Dieu sont-elles mortes?
Que j’en sois réduit aux fleurs d’églantier
Le vase s’emplit et se vide
Mais jamais ne connaît le rassasiement
Si je dis le prophète aux chrétiens
Qu’il m’abandonne dans l’au-delà.
Une poésie ignorée bien que porteuse d’une culture universelle
En effet, Mohand Oumoussa Aouaguenoun est un poète universel dans toute la charge que porte le mot. Dans ses vers, l’on retrouve les plus importants événements qui ont marqué son époque. Les débuts de la colonisation sont décrits avec précision à travers la poésie de Mohand Oumoussa. Il écrit un long poème sur l’insurrection de 1871. Un poème qui dit d’ailleurs long sur la riche culture acquise par ce poète voyageur:
Nous sommes à la fin des temps
Déchus sont les Mokrani
Détruite la colonne de Méhémet Ali
Aujourd’hui, Mohand Oumoussa Aouaguenoun est complètement oublié par les médias, les chercheurs et les responsables de la culture. Certaines grandes figures artistiques en tirent des vers sans pour autant le citer comme Matoub Lounès.
Win yufan abrid gher trewla Iqqim di turt a Ma ikhettat wellah ur idhlim Mohand Oumoussa laissera à la postérité un riche répertoire que détiennent encore les vieux de sa région. Il laisse également une maison au style traditionnel, occupée d’ailleurs par une vieille guérisseuse jusqu’à sa mort-il y a quelques années. Connue sous le nom de Taâtouchith, la vieille dame était l’épouse de son neveu. C’était d’ailleurs elle qui s’est occupée du vieux poète dans ses dernières années. Aujourd’hui, il est plus que pressant pour le ministère de la Culture de sauver ce patrimoine culturel. La vieille maison encore intacte attend d’être inscrite au patrimoine national. Cet homme dont la poésie est un tableau typiquement fidele à son époque mérite sans nul conteste que des séminaires ou colloques lui soient dédiés.
Pour moins que ça, des budgets sont souvent mobilisés; pourquoi pas Mohand Oumoussa Aouaguenoun. Enfin, il est à noter le louable travail de recherche que vient de lui consacrer le producteur Youcef Limani qui a recueilli les témoignages des dernières personnes qui s’en souviennent encore.
Son travail devait, dans ces circonstances, être intitulé: Sauver ce qui reste.

Par La rédaction de Tiwizi info

JSK Boukhenchouche et Fiston joueront demain face au MCO

Les deux étaient absents la semaine passée. Le premier, Boukhenchouche à cause de la sanction de la direction pour absence aux séances d’entraînement le second parti jouer avec son équipe du Burundi. Mais demain, les deux seront alignés par Dumas après l’expiration de la sanction de Boukhenchouche et la décision de son équipe de lui donner une autre chance et le retour de Fiston.

Par La rédaction de Tiwizi info

De la vente concomitante de médicaments, qui l’aurait cru ?

Pourtant, le phénomène existe bel et bien. Et c’est le directeur de la santé Pr Abbès Ziri qui a mis le doigt aujourd’hui sur ce mal lors de son intervention à l’ouverture des 7èmes journées de la pharmacie qui se tiennent au CHU Nédir de Tizi-Ouzou. Les grossistes et les distributeurs de médicaments sont avertis car cette pratique peut conduire à la fermeture de leur commerce et la radiation de leurs registres de commerces avec des peines de prison.

Qui l’aurait cru ? On croyait naïvement que la vente concomitante ne pouvait toucher que les produits de consommation et autres matériel. Tout le monde se souvient du fameux marché de dupe des années 80 lorsque, pour un kilo de poids-chiches, le citoyen devait acheter sans savoir quoi en faire, une paire de serre-joints. Mais le malheur de ce peuple ne s’arrêtera hélas pas là mais le mal va atteindre le produit intimement lié à sa santé et sa vie, les médicaments.

 

Par La rédaction de Tiwizi info

Peut-on sacrifier la loi pour sauver l’humanisme ?

La question surprend par les implications qu’elle peut suggérer mais elle se pose presque instantanément quand on voit le gouffre financier dont souffre la Cnas (Caisse Nationale d’Assurance des Salariés) et la cause principale qui l’a engendré. Depuis plusieurs années, les responsables de cette institution alertent sur l’utilisation abusive de la carte Chiffa permettant le remboursement des médicaments. Et, hélas, il s’avère que ce sont les médecins qui fraudent, pharmaciens en collaboration avec les malades qui traficotent avec la carte jusqu’à causer un gouffre financier qui met à mal la capacité de l’institution à remplir sa mission de payer les retraites.

Le débat s’accélère en sourdine mais il ne tardera pas à éclater au grand jour. Alors que la CNAS accuse sans le dire les pharmaciens et les médecins qui utilisent les cartes illégalement, ces derniers rétorquent que leur but est d’aider les malades qui n’ont pas accès à la carte ni aux prix des médicaments. Une personne au chômage sans ressources peut aller chez beaucoup de médecins et mettre l’ordonnance au nom d’un proche qui possède la carte Chiffa pour pouvoir accéder au médicament. La catastrophe se situe au niveau des malades chroniques et les retraités dont les cartes sont très utilisées dans ce qui s’apparente à une véritable entreprise de piratage qui gaspille l’argent de la CNAS. De leur coté, médecins et pharmaciens affirment que l’utilisation de cette formule illégale profite au malade sans ressources et qui n’est couvert par la CNAS. Sans le dire ces derniers suggèrent que c’est donc une action humanitaire.

Mais, une question éthique et philosophique doit avoir une réponse. Peut-on sacrifier la loi pour un but humanitaire ?

Par La rédaction de Tiwizi info

JSK, Benaldjia sur le départ au mercato d’hiver

Le milieu de terrain des la JSK, Mehdi Benaldjia est sur le départ au prochain mercato d’hiver. Nos sources le donnent partant vers un club du Golf que son manager ne veut pas dévoiler pour le moment. Un contrat semble avoir été scellé et signé au mercato. De son coté, Mellal n’est pas contre l’idée de céder Benaldjia en contrepartie d’un contrat bénéfique pour la JSK, affirme-t-il.

Toujours au chapitre de l’effectif, le technicien français, Dumas réclame un défenseur axial. Demande que la direction de la JSK a acceptée. Mellal est actuellement à la recherche d’un défenseur axial afin de renforcer ce compartiment qui posent de sérieux problème à l’entraîneur.

Par ailleurs, des bus sont mis au service des supporters qui veulent aller à Oran pour supporter les canaris qui affronteront vendredi prochain le MCO sur le terrain d’Habib Bouakal pour le compte de la 11 ème journée  du championnat Ligue1. La JSK doit gagner pour ne pas se faire rattraper par l’USMA qui suit au pas.

Par La rédaction de Tiwizi info