Jean Louis Levet prépare le terrain pour un partenariat

« Nous sommes deux pays situés géographiquement face-à-face mais appelés à travailler cote-à-cote » Jean Louis Levet
M.
Jean Louis Levet, Haut Responsable à la Coopération Industrielle Algéro-française, a animé plusieurs  conférences débat à l’université de Tizi-Ouzou et à la maison de la culture. celle abrité par l’université de Tizi-Ouzou récemment était inscrite sous le thème de la coopération, la recherche et l’innovation se tiendra a drainé beaucoup de chercheurs et d’investisseurs à l’auditorium du campus Hasnaoua 1.
Après les interventions du recteur de l’université, du directeur de l’industrie et des mines et du représentant de l’APW, c’est M. Khendriche, de l’association Touiza Solidarité de Marseille qui a pris le relais pour évoquer les projets accompagnés par son collectif à travers quelques villages de la wilaya de Tizi-Ouzou. Pour étayer ses propos, M. Khendriche a projeté un documentaire de 14 minutes, Etincelle d’espoir en terre de campagne relatant quelques témoignages de jeunes dont les projets ont été financés et accompagnés par Touiza Solidarité.
Succédant à M. Khendriche, M. Levet a pris la parole dans un style qui tranche diamétralement avec les précédents intervenants, pour rappeler les fondamentaux de la relation de coopération qui lie l’Algérie et la France. Avec pédagogie, il évoquera, arguments à l’appui, le contexte global dans lequel s’inscrit la relation des deux pays, cette même relation et enfin le développement des liens entre les investisseurs des deux rives.
Pour se faire, Le Haut Responsable à la Coopération Industrielle et Technologique franco-algérienne n’est pas allé par mille chemins. Désormais, il nous faut une nouvelle boussole par laquelle on peut s’inscrire dans la durée et voir loin. Il faudra viser l’excellence, des relations de confiance et de la co-innovation.
En fait, comme l’ont si bien exprimé les chercheurs et les investisseurs qui ont animé les débats avec M. Levet, la coopération avec le partenaire français est fortement souhaitée. Un questionnaire établi justement par la direction de l’industrie et des mines met en évidence cette tendance. C’est justement cette confiance qu’inspire le partenaire français et l’excellence de ses entreprises et ses universités qui attirent les partenaire algériens de Tizi-Ouzou.
Pour rappel, la conférence d’aujourd’hui à l’université de Tizi-Ouzou est la suite d’une série de rencontres qu’anime M. Levet depuis qu’il responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne. Faire émerger des partenariats est l’une des priorités de son travail qui continue sur le terrain. Nous y reviendrons régulièrement car notre journal s’inscrit en droite ligne dans cette perspective de recherche d’initiatives et de partenariats.

Par La rédaction de Tiwizi info

Rupture avec Asselah, Mellal sur la piste du gardien Salhi du CRB

Aussitôt la rupture est consommée entre le président de la JSK, Cherif Mellal et le gardien Malik Asselah, la recherche d’un nouveau bon gardien est relancée. Actuellement, Mellal est sur la piste du keeper du CRB, Abdelkader Salhi. En fin de contrat avec son club, ce dernier a reçu une belle offre de la part de Cherif Mellal qui lui aurait proposé une avance sur salaire conséquente pour le convaincre.
Mais Salhi est également sollicité par le MCO avec l’insistance de son nouvel entraîneur Badou Zaki. Un vrai concurrent pour Mellal dont, beaucoup d’anciens joueurs, conseillent de donner sa chance au gardien du cru Boultif. Ce dernier mérite en effet de jouer d’autant plus qu’il a, à maintes fois, prouvé qu’il peut être le gardien qu’il faut pour les canaris.

Par La rédaction de Tiwizi info

Boxe professionnelle jeudi 21h à la salle Saïd Tazrout de Tizi-Ouzou

La boxe professionnelle signera son retour à Tizi-Ouzou ce jeudi 24 mai. Un grand gala mettra aux prises des boxeurs algériens et tunisiens au grand bonheur des amoureux de l’art noble. Bien que pour les fans de la boxe Pro, ce n’est pas un retour car Tizi a eu des années de gloire avec le champion Loucif Hamani, dans les années 70 et une grappe de champions issus de l’équipe professionnelle d’Ouaguenoun.
Ce jeudi donc à 21h, la soirée Ramadhan sera animée et embellie par deux affiches internationale au niveau de la salle Saïd Tazrout. La compétition est organisée par les managers promoteurs Addour Ali et Zatri Ramdane sous le haut patronage du Ministre de la jeunesse et des sports, la DJS de Tizi-Ouzou, la ligue de boxe de Tizi-Ouzou.
La soirée débutera avec un combat semi-professionnel entre le boxeur Addour Moh arezki Ouaguenoun, Tizi-Ouzou contre le boxeur KITANI Karim de Tipaza. Le combat vedette opposera, par la suite, le grand boxeur algérien Hammou Mada Said de l’équipe d’Akbou, Bejaia au tunisien Ayari Mohamed Ali.
A rappeler au passage que le combat vedette des deux champions entre dans le cadre des préparations pour le titre de champion d’Afrique.


Par La rédaction de Tiwizi info

Les hôtels touristiques en difficulté à Tizi-Ouzou

Les hôtels touristiques en difficulté à Tizi-Ouzou
Le tourisme à Tizi-Ouzou risque d’attendre longtemps pour se développer. Le rythme en escargot avec lequel avancent les travaux de réfection des hôtels touristiques de la wilaya est un indicateur suffisant. Le constat amer a été révélé cette semaine au cours de la visite du président de l’APW, Youcef Aouchiche dans plusieurs de ces établissements.
A Yakouren où se trouve l’hôtel Tamgout, une vraie perle architecturale dans un lieu paradisiaque, il a été constaté que les travaux avancent difficilement à cause d’entraves d’ordre juridique. Le chantier n’est qu’à 20% de réalisation. Toutefois, l’exemple, le plus éloquent de ce manque d’entrain a été cependant donné par l’Hôtel Amraoua. Un autre joyau du tourisme à Tizi-Ouzou. De ce coté-là, les travaux sont à l’arrêt pour une raison qui dit tout sur la gestion du secteur. L’entreprise en charge de la réalisation des travaux de restauration a déposé son bilan en 2016, aucune partie n’a pris la peine de chercher une autre entreprise pour poursuivre les travaux. Au niveau des hôtels Belloua et Lalla Khedidja, le rythme n’est pas satisfaisant mais des indices laissent entrevoir une possibilité de livrer les travaux à la fin de cette année.
A l’issue de son périple, Youcef Aouchiche a assuré ses interlocuteurs de la disponibilité de l’APW de Tizi-Ouzou à accompagner les efforts des responsables du secteur et des établissements en difficulté. D’ailleurs, à l’occasion, il a interpellé le ministre du tourisme pour se pencher dans l’immédiat sur ces problèmes.
Enfin, il convient de relever le dynamisme de la nouvelle équipe aux commandes de l’assemblée populaire de wilaya. Les visites sur le terrain sont effectivement très efficaces car elles ont au moins le mérite de révéler beaucoup de failles et de laisser-aller que beaucoup veulent cacher. Toutefois au sujet des établissements hôteliers touristiques, il convient de mentionner que les établissements privés vivent d’autres difficultés que l’APW peut aussi aider à résoudre. A Tigzirt, les hôtels sont quasiment à la fermeture. Seuls les snack-bars sont opérationnels. Juste de quoi payer le personnel. La rentabilité ce n’est pas demain la veille.

Par La rédaction de Tiwizi info

Nouara jeudi 24 mai à la maison de la culture

Nouara jeudi 24 mai à la maison de la culture
Ce sera la diva de la chanson algérienne Nouara qui ouvrira la série des soirées de Ramadhan à la maison de la culture, ce jeudi 24 mai. Elle sera accompagnée du chanteur Abbes Aït R’zine pour animer un grand gala au grand bonheur du public qui l’adore plus que jamais. La direction de la culture a dans le cadre des soirées du mois de Ramadhan mis au point un riche programme animé par une belle fourchette d’artistes comme Brahim Tayeb et Ali Meziane, vendredi 25 mai, lundi le 28, Rabah Lani et Karim Imghour, Rabah Asma et Siham Stiti mardi le 29, jeudi 31 mai, Yasmina et Mouh Oubelaïd, le samedi 6 juin, Ali Amran mardi le 9 juin, Hassan Ahras, Ali Ideflawen, mardi le 12 juin et enfin Ali ferhat mercredi le 13 juin.

Voici pour nos lecteurs, le programme intégral comme envoyé par la direction de la culture :

à 22h

JEUDI 24 MAI NOUARA – ABBES NATH REZINE
VENDREDI 25 MAI BRAHIM TAYEB – ALI MEZIANE
SAMEDI 26 MAI GROUPE FREEKLANE – ABDELHAK SAHEL
DIMANCHE 27 MAI
LUNDI 28 MAI RABAH LANI- KARIM IMGHOUR
MARDI 29 MAI RABAH ASMA – SIHAM STITI
MERCREDI 30 MAI SAID YOUCEF – MAYLES
JEUDI 31 MAI MOURAD GUERBAS – TAKOU
VENDREDI 01 JUIN YACINE YEFSAH – MOURAD NAAR
SAMEDI 02 JUIN TAOUS – RACHID KOCEILA
DIMANCHE 03 JUIN SAMIR SADAOUI- THANINA
LUNDI 04 JUIN ALI IRSAN- NOURIA  – BRAHIM MEDANI
MARDI 05 JUIN HAMIDOU – MOH MAAMAR
MERCREDI 06 JUIN YASMINA – MOUH OUBELAID
JEUDI 07 JUIN  YOUCEF GUERBAS  – LOUIZINI
VENDREDI 08 JUIN PLATEAU JEUNES TALENTS

ACHOUR – REZKI OUALI – CELIA OULD MOHAND – SONIA AMRANI

SAMEDI 09 JUIN HOMMAGE A RACHID MESBAHI
DIMANCHE 10 JUIN ALI AMRAN
LUNDI 11 JUIN CHERCHAM –  MAHDI TAMACHE – RACHID HAMOUCHE
MARDI 12 JUIN HACENE AHRES – ALI IDEFLAWENE – AHCENE NATH ZAIM
MERCREDI 13 JUIN ALI FERHATI

 

 

Par La rédaction de Tiwizi info

De grands chanteurs aux belles Nuits de Boudjima et Tigzirt

De grands chanteurs aux belles Nuits de Boudjima et Tigzirt

Pour la troisième année consécutive, le jeune Hakim Bellout réédite son initiative d’animer les soirées de Ramadhan avec de grandes vedettes de la chanson kabyle. On l’appel Dj Hakim et il s’entoure de jeunes très dynamiques en matière d’animation artistique. Cette année donc, la même équipe rejointe par les jeunes frères Khial, Azzi et Nouredine, compte animer les soirées de Boudjima et aussi Tigzirt.
La formule est simple, reprendre le même concept testé avec succès à Boudjima et le reproduire à Tigzirt durant la période estivale. Dj Hakim et son équipe égayera les soirées des familles présentes, très nombreuses, dans cette belle ville littorale durant le mois d’août. De ce coté, les frères Khial promettent un véritable festival auquel seront conviés des chanteurs algériens et étrangers. Ce sera la première édition.
Pour revenir à l’animation des soirées de Ramadhan, Dj Hakim annonce déjà une belle grappe d’artiste qui fera plaisir aux familles de Boudjima. Mohamed Allaoua, Yasmina, Malika Domrane, Ali Amrane, Akli D, Karim Khelfaoui, Farid Afettouche, Samir Saadaoui, Said Cherfaoui, Zedek Mouloud, Massa Bouchaffa et bien d’autre encore animeront la première moitié du mois. une surprise attend les famille avant d’entamer la deuxième moitié avec des chanteurs que Hakim promet de révéler avec d’autres surprises.
A noter enfin que l’initiative du jeune Hakim a au moins le mérite de combler un vide laissé par les commissions culturelles communales qui ne sont jamais visibles. Ce n’est que depuis la naissance de cette initiative qu’il y a une réelle animation dans les villages pendant les soirs du mois de carême. Avant, la gente féminine ne sortaient jamais et la gente masculine n’avait que les cafés pour jouer au dominos ou jeter l’argent par les fenêtres du…Loto. Merci Hakim.

Par La rédaction de Tiwizi info

Nous avons fêté aujourd’hui, 16 mai, la journée mondiale du vivre ensemble

Nous avons fêté aujourd’hui, 16 mai, la journée mondiale du vivre ensemble en paix. C’est la première année que le monde célèbre car elle a été voté par l’assemblée générale de l’ONU, le 8 décembre 2017 par tous les membres. En fait, cette journée mondiale du vivre ensemble est une initiative algérienne lancée en 2014 par la zaouïa Alawiya de Mostaganem.  depuis, cette idée défendue par la diplomatie algérienne a réuni l’adhésion   de tous les pays membres de l’ONU.

C’est une consécration en effet pour les efforts diplomatique mais pas que ça. car, le peuple algérien en général a vécu des atrocités, les plus récentes, c’est la guerre de libération nationale et la dernière est la décennie noire des années 90 qui ont vu un terrorisme aveugle décimer des villages et des familles. des périodes de son histoire qui lui ont appris l’importance de cette valeur du vivre ensemble et la paix.

un long chemin reste à faire pour voir cette culture reprendre vie dans notre pays. mais disons que c’est un pas de géant que d’être derrière l’instauration d’une journée mondiale de paix et du vivre ensemble.

Par La rédaction de Tiwizi info

Iflissen: Une fillette de 9 ans tuée par un véhicule

Une fillette âgée de neuf ans a trouvé la mort dans un accident de circulation aujourd’hui dans la région d’Iflissen. Selon un communiqué de la protection civile, le drame est survenu au lieu Taourirt Arvach, sur la CW 252 reliant la localité à Iflissen. un véhicule a heurté la victime qui n’a pas survécu à ses blessures.

Par La rédaction de Tiwizi info

Les entraîneurs Taossi du CRB et Bouakkez du MCO intéressent Mellal

 

Le renouvellement du contrat de Bouzidi ne serait plus à l’ordre du jour à la JSK. Selon nos sources, Cherif Mellal serait sur la piste de deux autres entraîneurs, Rachid Taossi actuellement au CRB et Mouez Bouakkez du MCO. Les contacts de ces deux techniciens seraient donc dans l’agenda du jeune président qui compte renforcer aussi l’effectif en ramenant un bon avant-centre.

Toutefois, la piste des deux entraîneurs est encore longue car, le premier serait encore en contrat avec le CRB et le second dont le contrat expire en fin de saison avec le MCO ne semble pas encore à la portée. Les jours à venir seront sans nul doute riches en nouveautés car Mellal compte vraiment remettre la JSK sur pied.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est actuellement en négociation avec d’autres investisseurs pour renfoncer les caisses du club. Si ces pourparlers ne venaient pas à aboutir, nos sources affirment que Mellal a un plan B qui serait d’ouvrir le capital de la SSPA/JSK.

Par La rédaction de Tiwizi info

Procédés et matériaux de construction de la maison kabyle ancienne 

 « Nos ancêtres les Amazighs Kabyles ont légué, TAZEQA, la maison kabyle traditionnelle, une maison de paysans paisibles vivant en harmonie avec la nature. Bien qu’elle n’ait pas le confort d’une habitation moderne, elle est la preuve du génie créatif de nos ancêtres. L’architecture traditionnelle Kabyle est le résultat de l’incroyable alliance entre l’homme et son environnement »

Le matériau terre : Aperçu sur le patrimoine bâti d’Algérie

Article de Malki Karima et Benmadani Reda

Benmadani_reda@yahoo.fr

 L’Algérie, pays d’Afrique du nord regorge de richesses patrimoniales très éclectiques de part son histoire et sa superficie. Riche et diversifié, ce patrimoine suscite une grande fascination. Qu’il s’agisse des KSOUR du désert, des anciennes médinas, des villages traditionnels ou de petites plaines agricoles ou de la bande côtière; tous sont le reflet de l’identité du pays et le témoin du savoir-faire hérité des anciens. Dans cette diversité patrimoniale, notre préoccupation sera orientée essentiellement vers le patrimoine bâti en terre, cas de la Kabylie. Le bâti traditionnel est un patrimoine complexe qui reflète les besoins pour lesquels il a été construit et il se transforme au fur et a mesure des nouvelles exigences.

L’architecture un art qui véhicule l’identité des peuples et nations, l’architecture et un miroir de la culture et du patrimoine. Le patrimoine est un legs des ancêtres, un legs à préserver et à entretenir. Nos ancêtres les Amazighs Kabyles ont légué, TAZEQA, la maison kabyle traditionnelle, une maison de paysans paisibles vivant en harmonie avec la nature. Bien qu’elle n’ait pas le confort d’une habitation moderne, elle est la preuve du génie créatif de nos ancêtres.

L’architecture traditionnelle Kabyle est le résultat de l’incroyable alliance entre l’homme et son environnement. Cette dernière répond aux exigences de l’homme qui l’habite, à son mode de vie, à son mode socio-économique et socioculturel, tout en respectant l’environnement, caractérisé par un climat rude de montagne. Cette architecture traditionnelle Kabyle représente un patrimoine d’une inestimable valeur à préserver, aujourd’hui pour les générations de demain.

L’architecture de terre dans le Sud de l’Algérie

La construction en terre fait partie de notre patrimoine. 15 % des sites classés par « L’UNESCO » (patrimoine culturel mondial) sont construits avec de la terre et 40% de la population mondiale vit dans des logements construits en terre selon les statistiques du « CNUEH ». Mais malgré son universalité incontestable, le matériau s’est retrouvé en marge du processus du progrès. Subissant un déclin lié au développement technologique, il véhicule aussi, pour des raisons psychologiques ou sociales, l’image du sous-développement et de la pauvreté.

Aujourd’hui, la terre  est un matériau totalement en phase avec les préoccupations environnementales, il jouit d’un regain d’intérêt, tant sur le plan recherche que pratique. Abandonné par le développement technologique, il est aujourd’hui aussi un matériau d’avenir.

La terre comme matériau de construction a été largement utilisé en Algérie dans l’habitat traditionnel. Divers régions du pays en témoignent encore de l’utilisation séculaire de ce matériau sous diverses techniques de construction. Les ksour du sud, que ce soit ceux de la Saoura, du Touat, de Gourara ou de l’Ahaggar recèlent un patrimoine très riche de  construction en terre.

La brique en terre  séchée au soleil était le matériau le plus répandu dans ses régions du sud algérien, car il est bien adapté à la construction en climat aride.

Souvent associée à la pierre, la terre est aussi utilisée comme matériau dans l’habitat traditionnel dans les régions nord du pays comme en Kabylie, dans les Aurès ou dans les hauts plateaux. Disponible localement, techniques de construction maitrisées, c’était le matériau« idéal ». Le développement industriel qu’a connu le pays n’a pas épargné le secteur des matériaux de construction. La terre ne semble plus d’actualité dans notre société actuelle.

Figure  01 : schéma de ksar dans la vallée d’Adrar (source Benmadani Reda 2016)

L’architecture de terre dans le Nord de  l’Algérie cas du  patrimoine kabyle

Le patrimoine architectural de Kabylie est le produit d’une culture et de valeurs morales ancestrales inhérentes à la société kabyle. Sa préservation permettra de mieux comprendre le mode de vie de cette société, son savoir faire ainsi que sa grande capacité de s’adapter a l’environnement. La topographie du site en montagne a fortement dicté l’implantation de villages en Kabylie, construits pour la plupart sur les crêtes et les versants des montagnes en parfaite harmonie avec leur environnement. Ils abritent des maisons de formes architecturales élémentaires, dont l’aménagement intérieur fait apparaître des espaces de vie et d’activités ; on peut aussi observer une mitoyenneté entre habitants et animaux.

Certaines maisons en pierres ou en pisé, matériaux disponibles dans l’environnement immédiat, sont recouvertes de toitures à deux pans constituées de charpentes en bois et de tuiles rouges ; et d’autres terrasses en terres crues. Il arrive parfois que ces deux types de couvertures coexistent dans un même village. Maison avec cour, généralement basses et accolés les unes aux autres, elles sont desservies par des chemins plus au moins escarpés qui se terminent le plus souvent en impasses. De ce groupement de maisons on dégage un sentiment de solidarité entres habitants.

La pierre, la terre et le bois sont les principaux matériaux de constructions de ces maisons. Néanmoins, dans certains villages, la pierre reste la composante de base, mais il existe des villages en pisé.

Figure  02 : entrée d’un vieux village kabyle construit en terre et pierre (source Malki Karima ; village AITH EL KAID 2016)

Description de la maison kabyle traditionnelle :

La maison kabyle traditionnelle, une maison de paysans paisibles qui vivent en harmonie avec la nature. Bien qu’elle n’ait pas le confort d’une habitation moderne, elle est la preuve du génie créatif de mes ancêtres. Cette dernière, dite (tazeqa), est le résultat de l’incroyable alliance entre l’homme et son environnement (La maison kabyle de par sa forme remplit des fonctions utilitaires et sécuritaires.

Elle répond aux exigences de l’homme qui l’habite, à son mode de vie, à son mode socio-économique et socioculturel, tout en respectant L’environnement, caractérisé par un climat rude de montagne. Cette architecture traditionnelle Kabyle représente un patrimoine d.une inestimable valeur à préserver, aujourd.hui pour les générations de demain, (La maison du montagnard de Kabylie telle qu’héritée des aïeux est, de nos jours, une curiosité touristique un objet d’étude pour les architectes, les sociologues et les anthropologues sociaux)

Figure 03 : plan type d’une maison kabyle (source : relevé par l’auteur)

Figure 04 : plan et coupe (source : reda benmadani 2016 )

Traduction des noms kabyles :

TAZEQA = salle commune

TAARICHT = sous-pente

AFRAG= cour

TAGHURFETS TAXXAMT = chambre

ADAYNINE = étable

Figure 05 : maison traditionnelle kabyle (source : Malki Karima, village AIT EL KAID wilaya de  TIZI OUZOU 2016)

Les procédés constructifs : 

Pisé : 

Fondation :

Un ouvrage de terrassement en recherche du bon sol est un préalable nécessaire à la construction des murs en pisé. La fouille creusée dans le sol reçoit ensuite la fondation constituée de pierres. Outre sa fonction structurelle d’assise et de répartition des charges, cette fondation permet de protéger la base des murs en terre banchée contre les eaux de ruissellement et d’infiltration, en limitant notamment les remontées capillaires.

Dans certains cas, la première assise du pisé est mise hors eau grâce à un soubassement constitué par une surélévation de la fondation en pierre hors du sol. Ce dispositif permet de protéger la base du mur en pisé contre le rejaillissement des eaux de pluie.

Mur :

La construction du mur a lieu à la belle saison, de mai jusqu’en octobre. Il faut impérativement conjuguer l’absence de pluies et le soleil pour sécher la terre. Un maçon qualifié, aidé de deux manœuvres, qui lui tendent le pisé  et le secondent dans le montage du coffrage, sont chargés de le réaliser.

L’adobe :

Les techniques de construction utilisant l’adobe comme principal matériau ont donné lieu à plusieurs recherches dans différents pays. Les normes de construction de certains États incluent un modèle de maison en adobe possédant des mécanismes antisismiques qui ont fait leurs preuves. L’adobe présente des avantages importants par rapport aux matériaux industriels. Il possède la capacité de régulariser l’humidité de l’air, d’emmagasiner la chaleur, de réduire la consommation d’énergie, de ne produire virtuellement aucune pollution, d’être réutilisable à 100 %, et de préserver le bois et les autres matériaux organiques tout en absorbant les polluants présents dans l’air intérieur des maisons.

Figure  08 : brique d’adobe et son moule (source Malki Karima, TIZI OUZOU 2016)

Façonnage des briques  d’adobe :

En Kabylie la fabrication des briques d’adobe se fait de manière artisanale, en plusieurs étapes:

Le choix de la saison est dicté par l’opération de séchage c’est-à-dire la période de plein soleil la fin du printemps. La saison du printemps est la saison de la fabrication des briques d’adobe

Les étapes de la fabrication sont les suivantes :

Le choix de la terre argileuse, on la nettoie des impuretés ;

Une fois la terre battue et remuée on passe au malaxage avec les pieds ;

Lors du malaxe on rajoute de la paille des gravillons de sables et des petits débris de roche pour minimiser le retrait lors du séchage ;

La fermentation : on laisse  le mélange fermenter pendant 24 heures augmenter l’imperméabilité ;

Le moulage : à l’aide d’un moule en bois en façonne les briques de terre ;

Le séchage : les briques sont séchées  au soleil pendant  10 à 15 jours.

Après cette phase on passe au pétrissage avec les pieds. On rajoute de l’eau petit à petit pour avoir une bonne consistance  et on laisse reposer le mélange

Figure  09 : brique d’adobe et son moule (source Malki Karima, TIZI OUZOU 2016)

Le moulage se fait à l’extérieur sur un terrain  plat  bien ensoleillé. On démoule, sur place, pour mettre les briques d’adobe juste à coté à sécher au soleil. Dans notre figure on a utilisé de la chaux pour faciliter le démoulage mais traditionnellement  on utilise du sable fin. 

Etapes de construction  d’un mur en adobe :

On creuse les fondations de la largeur du mur 50 à 80 cm et de profondeur de 75 à 150 cm ;

Remplissage des fondations avec des moellons de pierre jointés avec un mortier de terre argileuse. Sur cette assise de pierres, le maçon, aidé de ses manœuvres, avec ses outils fil à plomb,  règle truelle, il pose les briques d’adobe dont le mortier de jointement et un mélange de terre de sable et  de paille.

Le séchage : le mur sèche pendant 15 jours.

Revêtement : le mur reçoit un enduit fait d’un mélange de terre glaise paille finement hachée  et de la bouse de vache dont la fonction est de rendre imperméable le mur.  Les formats des adobes sont différents. Ils ne sont pas standardisés. Cela diffère d’une région à une autre d’un village à un autre. Tout dépend des dimensions des planches en bois qui entrent dans la confection du moule. 

Conclusion :

Après ce bref aperçu, à la lumière de cette écrit, nous sommes enthousiasmé de dire que l’Algérie possède un patrimoine bâti en terre très riche et diversifié.

Il serait important de se pencher sur sa préservation par des méthodes et des stratégies scientifiques mais hélas qui sont d’un manque flagrant dans ce pays du Maghreb.

C’est pour cela, pour nous, comme étant des universitaires, il est de notre devoir d’agir et de travailler sous l’égide des organismes mondiaux tel que l’UNESCO, afin d’arriver à préserver, valoriser et vulgariser cet immense patrimoine qu’est le bâti en terre, qui n’appartient pas seulement à l’Algérie mais à l’humanité toute entière.

Bibliographie :

  1. GENEVOIS ; LA MAISON KABYLE; description par texte kabyle traduit;

Vocabulaire; annexes folkloriques.

ALILI Sonia, mémoire de magistère : « guide technique pour une opération de réhabilitation

du patrimoine architectural villageois de Kabylie » Université Mouloud Mammeri, 2013.

BALLOUL Nadia, mémoire de magistère : « conservation et valorisation de

L’architecture en terre des Ksours de Touat .Gourara », Université Mouloud Mammeri, 2008.

BEN MADANI REDA. Mémoire de master 2 <<Village Touristique a Azeffoun

Promouvoir l’architecture de Terre >> Université Mouloud Mammeri Tizi-Ouzou Algérie. 2016

Photographie MALKI KARIMA. Master en anthropologie sociale et culturelle.

Dessin BENMADANI REDA architecte.

Documentation web :

http://www.meda-corpus.net

 

 

Par La rédaction de Tiwizi info